Un peu d'histoire...

Le fondateur de l'établissement se nomme Alexandre Picron. Son père, Antoine, est débardeur et le charbonnage de Boussu-Bois fait appel à lui pour son travail. Il revient alors dans la région avec sa famille et s'installe à Hainin.

Le temps passe et Alexandre se marie avec Laure Leblanc. Ils emménagent aussi dans le village et son épouse ouvre une boucherie. Il l'aide et s'occupe d'un peu de bétail qu'ils possèdent. A cette époque, personne ne se doutait que ce petit commerce existerait encore aujourd'hui. De cette union, naissent deux enfants, Richard dit Robert en 1989 et Léon, douze ans plus jeune.

Lorsque Robert est âgé de 7 ans, soit en 1905, Marie Hecquet vend sa ferme. L'exploitation est morcelée en deux parts (un tiers et deux tiers). Les parents de Robert achètent la plus grande partie et agrandissent un peu leur ferme.

Ses parents devenus trop âgés pour poursuivre, Robert reprend l'exploitation qui comprend toujours une boucherie en façade et une ferme à l'arrière. Avec son épouse, Sara Demarez, ils élèvent trois enfants : Odette, Mariette et Joseph (1933). Dès le plus jeune âge, le cadet se passionne pour les animaux et prend goût à la boucherie. Très tôt, il développe un sens du commerce incomparable.

En 1953, il commence à travailler avec ses parents jusqu'en 1958, année où il décide de poursuivre l'aventure familiale. Au mois de juillet, il se marie à Georgette Debie qui travaillera avec lui. Ensemble, ils voient grandir six enfants : Michel, Claire-Marie, Marc, Lorette, Lucille et Alexandre.

Adolescent, l'aîné est persuadé de ce qu'il veut faire : boucher. Mais sa mère préfère lui montrer qu'il existe d'autres métiers et veut lui ouvrir d'autres portes.

Il apprend l'électromécanique en internat à Erquelines, malheureusement à contre-coeur. Cette expérience lui permit de renforcer ce qu'il pensait : il sera boucher !

Il suit alors un contrat d'apprentissage pour la boucherie. En 1980, il épouse Anne Doyen et trois ans plus tard, il ouvre son propre commerce dans le village voisin. Mais la ferme et les animaux lui manquent. Anne et Michel ont trois enfants : Thomas, Marie-Sara et Antoine.

En 1990, il reprend le flambeau. L'exploitation compte alors 70 bovins et 30 brebis. En 2009, elle est peuplée de 200 bovins et de 70 brebis. Au niveau de la superficie, elle est passée de 30 à 65 hectares.

 

Aller au haut